Les entreprises d'insertion - CEIQ

L’ENTREPRISE D’INSERTION, un modèle unique

Une formation qualifiante dans un milieu réel de travail

Les entreprises d’insertion sont des organismes communautaires et des entreprises d’économie sociale. Dotées d’une mission d’insertion sociale, leur originalité réside dans la cohabitation d’une fonction d’insertion/formation et d’une activité économique véritable, à but non lucratif. Les entreprises d’insertion répondent à des besoins de formation et d’accompagnement de personnes en sérieuses difficultés d’intégration au marché du travail, dans un objectif de lutte à la pauvreté et à l’exclusion.

Comme toute entreprise, elles gèrent des ressources humaines, matérielles ainsi que financières et commercialisent les biens ou services qu’elles produisent. En entreprise d’insertion, on fait de l’insertion sociale en véritable situation de travail.

Les entreprises d’insertion, des entreprises d’économie sociale, sont des restaurants, des traiteurs, des friperies, des usines, des ateliers d’informatique, d’ébénisterie, etc. Elles offrent des produits et services répondant aux normes de qualité propres à leur secteur.

Une entreprise passerelle

Entreprises « passerelles », elles offrent aux travailleur(se)s en formation un parcours rémunéré d’une durée moyenne de 26 semaines, qui leur permet d’acquérir des habiletés et des connaissances spécifiques et transférables, tout en leur apportant un soutien et un accompagnement dans leur démarche d’intégration sociale et professionnelle.

Un impact socioéconomique durable

Un investissement rentable: il ne faut que 27 mois pour que les deux ordres de gouvernement récupèrent leur investissement (DELORME, 2015. Mise à jour de l’Étude d’impacts socioéconomiques des entreprises d’insertion).

⇒ Une contribution importante au développement économique du Québec

Une des solutions à la rareté de main-d’oeuvre

Les employeurs peuvent alors compter sur une main-d’oeuvre qualifiée et mieux préparée à affronter la réalité du marché du travail.

Pour les travailleur(se)s en formation, le passage dans une entreprise d’insertion devient un outil essentiel pour trouver un emploi et le conserver ou pour la quête d’une plus grande autonomie par le biais des études. Les entreprises d’insertion apprennent  aussi aux travailleur(se)s en formation à :

S’intégrer dans un milieu de travail ;

Occuper une place comme travailleur ;

Jouer un rôle actif dans sa communauté ;

Apprendre un métier ;

Développer des habitudes et des attitudes favorables à leur insertion sociale et professionnelle ;

Vivre une expérience positive de travail.

Les entreprises d’insertion doivent répondre à 7 critères soit :

Mission d’insertion sociale ;
Caractéristiques des participant(e)s en difficulté ;
Entreprise véritable ;
Statut de salarié aux travailleur(se)s en formation ;
Accompagnement personnalisé ;
Formation globale (personnelle, sociale et technique) ;
Partenariat avec les acteurs de son milieu.

Rayonnement des entreprises d’insertion

Rayonnement des entreprises d’insertion

L’entreprise d’insertion, un acteur majeur dans sa communauté, auprès des employeurs et dans le développement local et régional.

Largement impliquées dans les dynamiques locales de développement, les entreprises d’insertion s’appuient sur un réseau diversifié de partenaires et de collaborateurs (milieu des affaires, organismes communautaires, ressources institutionnelles, syndicats, etc.) pour assurer le succès de leur mission, soit l’intégration professionnelle et sociale de personnes en situation d’exclusion.

Ces entreprises d’économie sociale œuvrent principalement dans les secteurs économiques manufacturier et des services : alimentation, commerce de détails, commerce de gros, manufacturier (bois, métal, informatique, bicyclette, vêtements), services (entretien ménager, imprimerie, mécanique générale, récupération), etc.

Elles utilisent ainsi le médium de l’entreprise réelle pour permettre l’adaptation de la main-d’œuvre des clientèles fortement défavorisées sur le plan de l’emploi.

Les entreprises d’insertion sont quotidiennement en relation avec le monde des affaires, faisant un travail de sensibilisation, d’éducation, de formation et d’aide au recrutement et à l’embauche de leur main-d’oeuvre. La majorité d’entre elles ont ainsi développé des partenariats gagnants avec les employeurs :

  • Présélection et recommandation de candidats,
  • Stages : exploration, expérimentation, intégration,
  • Développement conjoint d’un programme de formation.

Un achat responsable et engagé

Les entreprises d’insertion du Québec, ce sont aussi des centaines de partenaires qui achètent les produits et les services des entreprises d’insertion.

Les 7 critères

Énoncé des critères de définition d'une entreprise d'insertion

Les entreprises d’insertion existent au Québec depuis 1982.

L’appellation entreprise d’insertion, tel qu’entendu par le Collectif des entreprises d’insertion du Québec, réfère à une série de fondements. Au nombre de sept, ces critères ont été adoptés lors de l’assemblée de fondation du Collectif en 1996 et révisés par les membres lors de l’assemblée générale de 2000.

Résultat d’une longue démarche de négociation, ces critères ont été reconnus par le gouvernement du Québec à l’intérieur du Cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d’insertion, adopté en mars 1998 sous le leadership de Madame Louise Harel alors ministre de l’Emploi et de la Solidarité.

Les entreprises d’insertion doivent obligatoirement répondre à tous les critères de définition pour adhérer au Collectif.

1.
La mission

Les organismes doivent avoir une mission tournée vers l’insertion sociale et professionnelle des personnes en situation d’exclusion. L’entreprise d’insertion offre une passerelle vers le marché du travail, la formation ou d’autres alternatives, aux participants et participantes.

 

2.
Les participant(e)s

L’entreprise d’insertion sociale et professionnelle s’adresse à des personnes en grande difficulté, en leur proposant une réelle expérience de travail. Elle s’adresse en priorité à des personnes (jeunes ou adultes) qui connaissent des échecs répétés et pour qui les ressources existantes sont inadaptées. Cette clientèle, en situation d’exclusion, sans revenus, ou fortement défavorisée, est temporairement incapable d’affronter la réalité du marché du travail. Elle s’engage dans une démarche d’insertion sur une base volontaire.

 

3.
Une entreprise authentique

L’entreprise d’insertion est un organisme à but non lucratif qui emploie des salarié(e)s, commercialise les biens ou services qu’elle produit et vit avec les contraintes du marché. Elle présente des garanties raisonnables d’opération sur trois ans. Elle offre une expérience de travail réelle et significative. L’activité économique se veut au service de la démarche des participant(e)s. Lorsqu’elle produit des excédents budgétaires,  l’entreprise les investit au service de sa mission.

 

4.
Le statut de salarié 

Une entreprise d’insertion s’engage à accorder un statut de travailleur salarié à durée déterminée à ses participant(e)s, selon les normes du travail en vigueur.

5.
L’accompagnement

En lien avec les problématiques à l’origine des difficultés vécues par la personne, l’entreprise d’insertion offre au participant(e), dans le cadre d’une intervention concertée et planifiée, un accompagnement personnalisé tout au long de son parcours d’insertion et même après.

 

6. 
La formation globale

Centrée sur les besoins des individus, l’approche y est globale et lie autant les aspects personnels et sociaux que professionnels. La formation est intégrée et vise non seulement l’amélioration de l’employabilité et la qualification des individus, mais aussi à exercer pleinement leur citoyenneté et à renforcer l’affirmation de leur identité. L’encadrement doit être suffisant et compétent.

 

7.
Le partenariat

Issue du milieu, l’entreprise d’insertion se situe au centre d’un réseau de partenaires. Elle est un carrefour privilégié pour mettre en place une réelle concertation pour consolider et renforcer l’efficacité des actions en direction de leur clientèle. Elle s’inscrit dans la dynamique de son milieu.*

* Selon une approche de développement économique communautaire. 

Consultez le Cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d’insertion qui comporte deux volets; le premier comprend les éléments de reconnaissance du statut des entreprises d’insertion et le deuxième définit les modalités d’attribution des fonds publics requis pour les activités d’insertion.

Il présente en détails les modalités opérationnelles menant à l’établissement de la reconnaissance et en quoi elle se distingue de l’accréditation. Il montre aussi les modalités de financement entre Emploi-Québec et les entreprises d’insertion et, évidemment, les 7 critères de définition d’une entreprise d’insertion puisqu’ils constituent les bases de la reconnaissance, de l’accréditation et du financement des entreprises d’insertion.

Vous pouvez également communiquer avec votre Direction régionale d’Emploi-Québec.